La gouvernance de l’interopérabilité sémantique est au coeur du développement des systèmes d’information en santé

Rapport à la ministre de la santé et des sports - Professeur Marius Fieschi 9 juin 2009


Auteurs : | Ecrit le 14/04/10 | envoyer l'article par mail envoyer par mail | impression Imprimer | Document Joint

Par lettre en date du 26 mars 2009, la ministre de la Santé et des sports a confié au professeur Marius Fieschi de la faculté de médecine de Marseille, une mission d’expertise afin de définir les modalités d’une politique publique en matière de terminologies médicales.

Les débats sur l’évolution de la performance du système de santé et sur la stratégie à mettre en oeuvre pour l’améliorer, sont centrés sur l’amélioration continue de la qualité des prises en charge, sur les moyens à mettre en oeuvre pour assurer et améliorer la continuité des soins et sur la maîtrise des risques. Pour tous les décideurs et professionnels de santé, il est admis aujourd’hui que les progrès attendus ne pourront se réaliser sans une meilleure utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) intégrées dans des systèmes d’information cohérents.

La mise en oeuvre maîtrisée de systèmes d’information adaptés est une condition nécessaire à la coordination des soins. Cette dernière est basée sur le partage des données dont le pré requis essentiel est l’interopérabilité sémantique des systèmes d’information.

Les gouvernements de nombreux pays dont celui de la France, avec le DMP, ont annoncé des projets de systèmes d’information visant à favoriser les procédures de prise en charge, à améliorer la qualité des soins, au bénéfice des patients comme des professionnels de santé.

Le contraste est saisissant entre le succès des TIC et la rapidité des évolutions technologiques d’une part et les difficultés, la lenteur, voire les échecs, de leur mise en application1 dans le domaine de la santé d’autre part. Il doit conduire à nous interroger sur la pertinence des stratégies adoptées, la lucidité des donneurs d’ordre, la compétence de la conduite de projet et l’efficience des organisations mises en place.

La mise en place progressive de systèmes robustes et pérennes pour le partage des informations est techniquement possible. Elle touche à l’organisation du système de santé, aux pratiques des professionnels, aux relations entre les acteurs et au rôle des patients. On comprend dès lors que les difficultés d’un tel projet doivent conduire à une analyse proposant des solutions ouvertes, adaptables, dont la mise en oeuvre progressive sera comprise par le plus grand nombre d’acteurs qui demandent un accompagnement.

Parmi les grands chantiers proposés dans ce domaine, celui du partage des données et son corollaire, l’interopérabilité des systèmes d’information, est central. Cette question est difficile par ses aspects techniques mais aussi « politiques » parce qu’elle doit être conduite au niveau national pour produire la faisabilité de tels systèmes et à proposer un pilotage adapté.

Le présent rapport est organisé comme suit :

  • Une première partie rappelle les enjeux du partage des données et de l’interopérabilité. Elle revient brièvement sur les changements profonds qu’il convient d’accompagner pour développer ce partage. Elle éclaire sur l’importance d’une politique publique en matière de terminologies médicales. De nombreux rapports réalisés ces dernières années ont déjà relevé ces changements, ce qui explique qu’ils soient ici rappelés et présentés rapidement. L’interopérabilité sémantique, centrée sur la conception, l’élaboration et l’usage des référentiels « métiers » est un aspect de l’interopérabilité des systèmes d’information. Celle-ci concerne également les référentiels intéressant le patient (l’identifiant national de santé notamment), les professionnels (dont le répertoire partagé des professionnels de santé), les établissements de santé (le répertoire mutualisé des entités sanitaires et sociales). Ce rapport bien que centré sur la politique concernant les référentiels « métiers » replace cette question dans son contexte.
  • Une deuxième partie présente les aspects les plus importants de l’interopérabilité et sa complexité. Celle-ci justifie la nécessité d’une gouvernance exercée par les pouvoirs publics et d’une méthodologie de pilotage adaptée.
  • Une troisième partie fait un bilan rapide de la situation concernant les systèmes d’information en santé en France. La gestion des référentiels, partie intégrante du pilotage des systèmes d’information, n’a généralement pas été une forte préoccupation.

Ce chapitre aborde les problèmes d’organisation qu’il nous faut résoudre pour progresser dans la cohérence, l’interopérabilité et le partage de l’information en médecine et en santé.

  • Une dernière partie présente des recommandations. Elles portent sur o Les nécessités de la gouvernance du système d’information, dans laquelle s’inscrit celle des terminologies. o Les modalités de coordination et de pilotage des terminologies en santé. o Des mesures d’accompagnement indispensables pour améliorer les connaissances des donneurs d’ordre et pour entraîner les professionnels à s’approprier les technologies nécessaires à l’accomplissement de leurs métiers.

Ecrit le 14/04/10 | envoyer l'article par mail envoyer par mail | impression Imprimer | Document Joint

Ressources doc : France

A propos du rapport Polton - Pr Robert Launois

>Lire cette présentation en pleine page

Lire la suite >

Rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale

Retrouvez l'intégralité du document a télécharger

Lire la suite >

Commission open data en santé

Retrouvez l'intégralité du document a télécharger

Lire la suite >

QUELLE FRANCE DANS DIX ANS ? Les chantiers de la décennie

Retrouvez l'intégralité du document a télécharger

Lire la suite >

Les comptes de la protection sociale en France et en Europe en 2012

Retrouvez l'intégralité du document a télécharger

Lire la suite >

Atelier JGEM-SFES méthodes pratiques de modélisation

Retrouvez ci-dessous les présentations des intervenants : 1- (...)

Lire la suite >

Interview de Guy Vallancien pour la publication de son livre « La Médecine (...)

La SFES interviewe Guy Vallancien à l’occasion de la publication de (...)

Lire la suite >

L’analyse du risque de change Par Béatrice Majnoni d’Intignano, Professeur (...)

1 - Votre article dans le Monde daté samedi 18 avril a fait (...)

Lire la suite >

Séminaire SFES JGEM 2015

Retrouvez ci-dessous les présentations des intervenants : 1- (...)

Lire la suite >

Évenements de l’année en économie médicale 2015 - 22 Janvier 2015

Lire la suite >

Interview de Christian BABUSIAUX et Richard DECOTTIGNIES Président et (...)

Paul GARASSUS Merci de recevoir la SFES. Nous vous rencontrons (...)

Lire la suite >

Séminaire JGEM SFES CES - Paris, 23 Janvier 2014

Retrouvez ci-dessous les présentations des intervenants : Un (...)

Lire la suite >

Médicaments : Accès au marché et contrats de performance - Paris, 11 décembre (...)

Comment maintenir l’accès à l’innovation thérapeutique, compte tenu (...)

Lire la suite >

Health outcomes in Europe : The QALY controversy - Bruxelles, 25 Janvier (...)

Lire la suite >

Contrainte financière, Evolution des méthodes de paiement, Transformation des (...)

Salle des Actes - 14h00- 17h00 - Faculté des sciences (...)

Lire la suite >

Séminaire - Actualités politiques et managériales en santé

Ce séminaire concrétise le partenariat de cinq universités autour (...)

Lire la suite >

Le retour sur investissement des dépenses engagées dans la lutte contre le (...)

Résumé Les autorités réglementaires européennes qui délivrent les (...)

Lire la suite >

Jean-Luc Harousseau

Paul GARASSUS, SFES (PG) – Quel positionnement prioritaire de la (...)

Lire la suite >

Quel modèle économique hospitalier ? Ce que l’Europe peut nous (...)

Lire la suite >

Médicaments : Accès au marché, arbitrage des valeurs, fixation des (...)

7ème séminaire Descartes – Berkeley – Evry Jeudi 24 mai 2012, Salle (...)

Lire la suite >